Les entreprises face à la crise

Auteur : Béatrice FRANCO IDRISS , Responsable de gamme Retail Banque-Assurance et Réglementaire chez First Finance

 

Dans son bulletin de novembre et décembre 2020 , la Banque de France nous éclairait sur   la situation des Entreprises françaises à l’abord de la crise COVID. Selon elle, le taux de marge et les fonds propres des entreprises se renforçaient depuis 10 ans quand elles ont eu à aborder cette crise sanitaire. Pour autant, leur taux d’investissement n’avait pas retrouvé le niveau de 2008. En moyenne, à la veille de la crise, les entreprises disposaient encore selon la Banque de France d’une capacité d’endettement préservée.

En ce début d’année 2021, plusieurs analystes économiques s’entendent pour dire que cette pandémie a provoqué la récession économique la plus profonde depuis la seconde guerre mondiale, impactant l’activité économique tant du côté de la demande que de celui de l’offre.

Paradoxalement, l’année 2020 a permis de constater une baisse des défaillances d’entreprises grâce aux aides gouvernementales d’urgence. 2021 devrait se démarquer par une dégradation brutale de la solvabilité d’entreprises soutenues temporairement par ces aides étatiques. Selon EULER-HERMÈS, l’indice mondial des défaillances d’entreprises devrait atteindre un nouveau record avec une augmentation de 35% d’ici la fin de 2021.

Cette aggravation du risque va coûter cher et affectera tous les acteurs, les banques, les assurances et les entreprises. 

Quelles sont les mesures d’accompagnement et de soutien que l’Etat français a maintenu ou mis en place en ce début d’année 2021 ? Ce sujet sera abordé dans une formation First Finance en classe virtuelle à destination des chargés d’affaires Professionnels et Entreprises : Actualité fiscale des entreprises et rebond commercial

Cette crise sanitaire inédite a ébranlé l’économie mondiale. Quel impact pour le risque de crédit ? Comment les banques doivent-elles adapter leur gestion ?

La crise du Covid-19 met le risque de crédit sous surveillance alors que toute la filière était déjà dans le collimateur du régulateur. En effet, le Covid-19 plonge de nombreux particuliers ou entreprises dans des situations de risque d’impayés que les banques devront gérer.

Pour le marché de l’entreprise

Nous vous proposons deux séminaires très opérationnels sur la détection avancée du risque Entreprise et l’approche des entreprises en difficulté . Ces deux formations à destination de collaborateurs bancaires chargés d’affaires, analystes crédit et affaires spéciales apportent des points de repères structurants pour identifier au plus tôt les risques liés à la détérioration de la situation d’une entreprise et proposer des solutions différenciantes pour minimiser le risque de crédit de la banque dans le respect de la loi.

1/ Détection avancée du risque entreprise 

2/Approche des Entreprises en difficulté

Il est fondamental pour les créanciers (au sens large) de savoir anticiper les risques propres aux restructurations de dettes Corporate et négocier en cours de procédure préventive et collective avec les différentes parties pour maximiser leurs chances de recouvrement potentiel d’une créance.

Sandra Esquiva, Consultante First Finance et Avocate aux Barreaux de Paris et de New York et partner du cabinet Simmons & Simmons est convaincue que les expériences traversées ces années passées et de manière plus patente depuis la crise pandémique, démontre qu’une approche RSE au restructuring est un gage de réussite et d’efficacité des opérations de restructuration. 

Nous vous invitons à lire les articles publiés sur ce sujet par Sandra Esquiva sur le site

Ces sujets seront abordés à l’occasion de la formation sur la restructuration préventive et en procédure collective du risque débiteur animée chez First Finance par Sandra Esquiva : Restructuration de la dette et gestion préventive et collective du risque débiteur

Je vous propose de terminer cet article en nous attardant sur les prêts immobiliers commerciaux non performants 

Déjà sensibles en début d’année 2020, la hausse des prêts non performants à travers l’Europe est «inévitable» dans les mois à venir et alertent des experts. Ces «NPLs» pour «non-performing loans» plombent le bilan des banques et atténuent leur capacité à financer l’économie. First Finance vous propose le séminaire d’actualité : Gestion et restructuration des prêts immobiliers commerciaux non-performants

 qui permettra à des gestionnaires de prêts immobiliers, chargés d’affaires en financements immobiliers commerciaux de mieux cerner les enjeux associés à la gestion des prêts immobiliers commerciaux sous- et non-performants,  de savoir analyser ces prêts et identifier la meilleure stratégie de recouvrement possible à conduire.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez nos actualités et nos dernières mises à jour
   J'ai vérifié l'ensemble de mes données et j'accepte  les conditions générales de confidentialité et de sécurité des données